bonnes raisons de manger des oranges en hiver

08
Mar

9 bonnes raisons de manger des oranges en hiver

Vitamines A, B, C, magnésium, calcium, fer, fibres… Si elles sont composées essentiellement d’eau, les oranges sont de véritables mines d’or pour l’organisme. Et ça tombe bien ! Avec le retour de l’hiver, les températures inférieures et les agressions externes souvent plus nombreuses, la nature nous offre précisément ce dont nous avons besoin. 

C’est en hiver qu’apparaissent les fruits gorgés de vitamine C tels que notre orange, mais aussi le kiwi ou la clémentine, en même temps qu’une large variété de délicieux légumes avec lesquels vous composerez vos gratins réconfortants.

Il faudra attendre le retour de l’été pour retrouver les fruits et les légumes gorgés d’eau. Mais en attendant, on retrouve l’orange dès le petit-déjeuner pour faire le plein de nutriments !

Des fruits oui, mais de saison ! 

Il y a quelque chose de contre-nature dans le fait de consommer les mêmes fruits tout au long de l’année.

Cuisiner une salade de tomates au cœur de l’hiver ou savourer une orange en plein été sera à coup sûr le signe qu’il y a eu une faille dans la production et dans l’acheminement. Cela se situera peut-être au niveau des pesticides, largement utilisés dans les cultures sous serre hors saison ou bien dans les transports polluants aux quatre coins de la planète.

Là où les fruits et les légumes de saison prennent tout leur temps pour s’épanouir et mûrir paisiblement au soleil, ceux élevés sous serre sont cueillis bien avant leur maturité afin de parvenir en bon état au pays auquel ils sont destinés. Et si la qualité s’en ressent largement dans l’assiette, c’est aussi la nature qui paye le prix de la pollution.

  • Quelques fruits d’hiver : Ananas, banane, citron, clémentine, grenade, kaki, kiwi, litchi, mandarine, orange, pamplemousse, poire, pomme.
  • Quelques fruits d’été : Abricot, prune, fraise, framboise, cerise, pêche, fruits rouges, figue.

Manger de saison, c’est justement se reconnecter à cette nature trop souvent délaissée. C’est faire attention à sa santé et à ses économies. Car oui, le local et de saison coûte bien souvent moins cher !

L’occasion de prendre enfin le temps de flâner dans votre marché de quartier pour choisir les plus belles oranges, véritables reines de l’hiver. Profitez-en pour mettre dans votre panier quelques fruits et légumes que vous n’avez que rarement l’occasion de consommer. Une bonne excuse pour tester une nouvelle idée recette et encourager à la diversification alimentaire !

L’orange, un vrai fruit d’hiver

Apparue en Chine il y aurait près de 4200 ans, l’orange a fait un bien long voyage. Après un développement en Égypte puis en Afrique du Nord, c’est au cours du XIe siècle que l’orange arrive en Europe. Elle est encore amère à l’époque, et il faudra attendre la fin du XVe siècle pour que les oranges douces du comptoir de Ceylan ne posent leurs valises dans l’Hexagone.

Un succès immédiat auprès de la cour de France qui aura tôt fait de convaincre le roi Louis XIV d’installer une orangerie à Versailles.

Surnommée La Pomme d’Or, l’orange se démocratise progressivement mais reste réservée à une élite. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, elle demeure un cadeau de luxe offert aux enfants le jour de Noël, que certains préfèrent ne pas manger mais garder en souvenir.

La voici pourtant qui garnit aujourd’hui les étals de nos marchés et de nos supermarchés. Et qui compte parmi les fruits les plus abordables qui soient. S’il en existe une faible production en Corse, bon nombre d’oranges sont importées d’Espagne ou d’Israël.

Sa saison se concentre entre décembre et avril, février étant le mois idéal pour la consommer. Préférez-la crue et consommez-la telle quelle pour profiter de tous ses nutriments. Ou bien pressez-en le jus même si l’on regrettera dans ce cas la perte de ses fibres. Cuisinez-la encore avec vos viandes ou vos poissons, intégrez-la à vos pâtisseries et à vos confitures.

Pauvre en calories, l’orange est de ces fruits d’hiver source de bonne humeur !

Quels sont les bienfaits de l’orange ?

Qui dit retour de l’hiver dit progression de certains virus, froid, fatigue, moral en berne causé par le manque de lumière. C’est à tous ces niveaux que peut intervenir l’orange, et bien plus encore !

 

Une alliée contre la fatigue

Merci la vitamine C ! En boostant notre système immunitaire, l’orange est une vraie source d’énergie et une alliée de taille contre les coups de froid hivernaux.

Une source d’antioxydants

Les antioxydants aident notamment à lutter contre le vieillissement de la peau et diverses pathologies. Très riche en caroténoïdes notamment, l’orange est particulièrement recommandée pour stimuler la production de cellules osseuses et ainsi prendre soin de nos os.

Des glucides sans les calories

Trop souvent associés seulement à la prise de poids, les glucides sont essentiels à notre organisme. Celles contenues dans l’orange nous aideront à faire le plein d’énergie tout en maintenant un apport calorique faible. Parfait pour les personnes cherchant à perdre du poids !

Une source de fibres solubles

Tout en limitant le taux de cholestérol dans le sang, les fibres solubles contenues dans l’orange diminuent les troubles de la digestion et participent à stimuler le transit en douceur.

Une prévention de certains cancers

Au même titre que la plupart des agrumes, l’orange contribuerait à réduire les risques de cancer de la bouche et du tube digestif notamment, grâce aux antioxydants qu’elle contient.

Une protection pour les yeux

Ce sont ici encore les antioxydants qui redoublent de petites attentions à notre égard. Tandis que la cataracte est une maladie de l’œil fréquemment observée chez les personnes de plus de 65 ans, l’orange aide à réduire sa progression d’environ 33 %. La vitamine C aidant à protéger le cristallin de l’opacification liée à âge 

Une prévention des risques de maladies cardiovasculaires

Athérosclérose, thrombose, l’orange contribuerait également à prévenir les accidents vasculaires cérébraux.

Une réduction de l’inflammation

Grâce aux propriétés anti-inflammatoires contenues dans ses flavonoïdes, l’orange limiterait aussi l’occurrence de certaines maladies telles que la polyarthrite rhumatoïde.

Pour soigner un rhume

Et non, contrairement aux idées reçues de nos grands-parents, l’orange n’est en aucun cas préventive contre les petits rhumes d’hiver ! En revanche, sa richesse en vitamine C permet de limiter la gravité et la durée des symptômes.

 

Pourquoi privilégier le local pour mes oranges ?

Là où certains pensent encore qu’il ne s’agit que d’un effet de mode, le local a de bonnes raisons de progresser dans nos vies à toutes sortes de niveaux.

Les pollutions engendrées par les circuits longs ont été précédemment évoquées. Alors que la plupart des fruits et des légumes dont nous nous nourrissons poussent non loin de chez nous, nous continuons à nous intéresser à des variétés issues de l’autre côté de la planète et qui ont parcouru des milliers de kilomètres avant de nous parvenir. Consommant par là même des énergies fossiles non renouvelables, et qu’il faudrait apprendre à préserver.

Il faut savoir d’autre part que l’autonomie alimentaire de notre pays ne dépasse plus aujourd’hui les 25 %. Les cultures intensives amorcées dans les années 70 et la prédominance des céréales destinées à la consommation humaine ou au bétail ont largement nuit à la diversité agricole de notre pays. Les monocultures sont autant de freins à la fertilité des terres qui doivent désormais recevoir d’importantes quantités d’engrais et de pesticides pour produire encore.

Dangereuses à la fois pour la biodiversité et pour les petits producteurs locaux, la plupart de ces cultures se destinent finalement à l’exportation.

Privilégier le local pour quelques oranges en hiver et pour quelques fraises en été devient donc essentiel pour pérenniser l’activité française tout en préservant la biodiversité végétale et animale. Il s’agit à présent de respecter le rythme de la nature sans chercher à l’accélérer ou à le modifier, mais au contraire en profitant de ce qui nous est offert.

Bercé par la production à vaste échelle et la consommation de masse, nous avons presque oublié qu’il existe d’autres alternatives. Elles refont surface ces dernières années. Et avec elles ressurgit la promesse d’une alimentation accessible, à la fois bénéfique pour notre santé, pour nos emplois et pour la planète toute entière.

Quand et comment récolter l’orange ?

Lorsque l’on sait qu’il faut attendre au minimum 8 ans pour qu’un citrus ne produise de beaux fruits, le conseil «  respecter le rythme de la nature »  prend tout son sens !

L’orange, comme tous les agrumes, a cette particularité de ne plus mûrir une fois cueillie. Aussi faut-il veiller à les récolter à maturité puis à les conserver dans des conditions optimales. La saison des oranges commence dès novembre par les navels et s’étale sur plusieurs mois, les oranges sanguines nécessitant la récolte la plus tardive.

Comment reconnaître une orange bien mûre ? Pas toujours évident hélas, et ce serait une erreur de ne s’intéresser qu’à la couleur du fruit. Une orange foncée à la peau bien homogène ne sera pas forcément plus mûre qu’une autre dont la peau présentera quelques traces verdâtres.

La couleur dépendant de la variété du fruit mais aussi des chocs thermiques dus aux écarts de température tout au long de sa culture.

Vous commencerez donc par soupeser vos fruits. Une orange bien mûre est forcément gorgée de jus et donc plus lourde.

Quant aux autres indices, difficile de passer à côté : il vous faudra sacrifier un fruit afin d’en voir l’intérieur !  

On recherche une pulpe bien colorée, un jus doux qui s’écoulera du fruit coupé et des zestes bien odorants.

Vous récolterez vos oranges avec un ciseau afin d’en conserver le pédoncule et veillerez à ne pas endommager la peau. Celle-ci se révèle en effet fragile malgré son épaisseur et une simple coupure ouvrira toute grande la porte au développement éventuel de champignons.

Conservez ensuite le tout dans une cave ou une pièce fraîche durant plusieurs semaines. N’hésitez pas à en placer quelques-unes dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, mais notez que vos oranges auront besoin d’un repos de 24 heures à température ambiante pour retrouver toutes leurs saveurs.

Ne reste plus qu’à traverser l’hiver en vous accordant quotidiennement de belles portions de fruits dans lesquelles l’orange occupera une place de choix. Ici en salade avec un peu de cannelle ou de menthe fraîche, là associée à un bel assortiment de crudités. Son jus remplacera aisément le vinaigre dans vos préparations tandis qu’elle prendra la place de vos chips à l’apéritif une fois détaillée en fines rondelles et séchée au four. 

Quant aux zestes, vous les cuisinerez d’une multitude de façons à condition dans ce cas d’opter exclusivement pour du bio. Et du local, bien évidemment !

One thought on “9 bonnes raisons de manger des oranges en hiver

  1. Je mange de très nombreux agrumes en hiver pour renforcer mes défenses. J’adore me faire des jus d’orange avec un peu de citron les matins quand il fait froid.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *